Bilan 9 mois de freelancing

Bilan: 9 mois de freelancing

En septembre 2020, j’ai quitté mon travail pour me remettre à temps plein à mon compte. C’est bon, j’allais enfin être de nouveau chargée de communication freelance, comme je l’avais déjà été par le passé. Ce n’était donc pas la première fois que je travaillais à mon compte: même si honnêtement, j’avais l’impression de tout recommencer et de tout refaire pour la première fois.
Après plus de 9 mois à mon compte, il est temps de faire un premier bilan de cette expérience de freelancing. Si tu veux connaitre mon bilan à 6 mois avant de continuer à lire cet article, alors je te conseille de regarder la vidéo juste en dessous !

Ce qui m’a semblé facile

Me remettre dans le bain du freelancing

Après une bonne partie de l’année 2020 passée en télétravail, travailler à mon compte (et donc, ne plus avoir de bureau où aller) ne m’a pas semblé difficile. Pour ça, je dirais que la transition s’est faite suffisamment en douceur. À vrai dire, j’ai remarqué que j’apprécie vraiment travailler seule: non pas que je n’aime pas être entourée d’autres personnes, mais je n’aime pas qu’une partie de mon travail dépende d’une ou plusieurs autres personnes. J’aime diriger mes projets seule, et avoir mon autonomie. De ce fait, retourner au freelancing et gérer l’entièreté de mon activité a été plutôt fluide et facile.

Renouer avec mes contacts professionnels

Reprendre contact avec mes contacts professionnels existant, renouer des relations a été assez facile également. Cela est aussi dû au fait que j’ai gardé de bons contacts professionnels de mes précédentes expériences. Qui plus est, si tu aimes ce que tu fais, c’est en effet plus facile de reprendre contact. Et si ce n’est pas quelque chose qui te tente, je pense qu’il est toujours bénéfique de poster un message sur ton profil LinkedIn. Cela te permettra d’expliquer que tu te lances à ton compte, les services que tu offres, et d’inviter celles et ceux qui le souhaitent à commenter pour proposer un futur appel !

Pas de doutes

Je n’ai pas douté. Vu que j’avais déjà une expérience dans le freelancing, j’avais déjà eu les doutes de la première fois. Après avoir connu le freelancing une première fois puis de nouveau le salariat, je connaissais les points positifs et négatifs de chacun. Donc quand j’ai compris que ce que je voulais vraiment faire et pourquoi je voulais être à mon compte, je n’ai plus douté et il n’y avait plus de retour en arrière. Bien sûr, j’ai eu des périodes de doute concernant mes prix ou mes compétences. Mais je n’ai jamais remis en question ma décision d’être freelance, ça pas du tout.

Ce qui a été difficile

Définir quelle direction je voulais donner à mon travail

Le fait d’être freelance, ça demande une véritable introspection qui n’est pas nécessairement facile ou agréable. En effet, on définit soi-même son métier, ses services, et aussi ses tarifs. J’ai dû parfois me faire un peu violence pour vraiment prendre un peu de recul par rapport à mes clients précédents, au type de structures/d’entreprises que je voulais accompagner, et surtout quelles missions je voulais faire avec eux. En effet, tu peux avoir des compétences dans plusieurs domaines et pour autant ne pas avoir l’envie de toutes les proposer dans ton offre de freelance. Après tout, tu ne peux pas être au four et au moulin.

Avoir une vue d’ensemble de mes obligations légales et juridiques concernant mon statut d’auto-entrepreneur

Quand je me suis remis à temps plein à mon compte en septembre, j’ai voulu repartir sur de bonnes bases. Et cela voulait dire me renseigner sur toutes mes obligations légales et juridiques. Évidemment, j’étais déjà au courant de pas mal d’entre elles, comme la déclaration des cotisations et le paiement de la CFE. Néanmoins, j’ai tenu à faire mes recherches pour m’assurer que je ne laissais rien de côté. Je voulais m’assurer de bien prendre en main mon activité, et de vraiment connaître l’aspect administratif et légal de mon activité.
Et honnêtement, j’ai trouvé cela assez compliqué de trouver une source sûre et fiable qui liste les obligations légales et juridiques d’une auto-entreprise. À ma surprise, même le site de l’URSSAF ne liste pas tout ça. Donc pendant mes recherches, j’avais toujours l’appréhension de passer à côté d’une déclaration ou d’une obligation juridique. Et encore aujourd’hui, si une nouvelle mesure légale venait à émerger, je ne sais même pas comment je pourrais être au courant.

Les relations avec l’URSSAF

Lorsque j’ai recommencé à travailler à mon compte en septembre 2020, j’étais encore au Canada: ce qui fait que pendant 6 mois, mon moyen de communication privilégié avec l’URSSAF était la messagerie de mon compte auto-entrepreneur. Ainsi, j’ai bataillé pendant 4 mois pour avoir une attestation que l’URSSAF ne voulait pas me fournir. J’ai envoyé 6 ou 7 emails, qui restaient soit sans réponse, soit où on me demandait des informations supplémentaires que j’avais déjà fourni. Finalement, j’ai eu gain de cause uniquement quand j’ai fait une demande de réclamation, donc un peu mon dernier recours. Donc 4 mois, pour une attestation qu’il est normalement possible de télécharger directement dans son compte professionnel…

Etrangement, par téléphone, je n’ai jamais eu de problème et je suis toujours tombée sur des personnes adorables et bienveillantes. Cependant, et pour encore beaucoup de procédures, il est impossible de les faire par téléphone. Il faut donc encore passer par son compte auto-entrepreneur. Donc malheureusement, je me suis retrouvée dans un cercle vicieux.
Je pense que c’est à savoir: honnêtement, je me suis sentie un peu seule par rapport à l’URSSAF.

Ce que j’ai appris

  • Se faire accompagner, c’est ESSENTIEL ! On ne sait pas tout, et on est pas censé tout savoir dès qu’on se lance en freelance. Travailler à son compte c’est aussi gérer plusieurs aspects qu’on ne gère pas habituellement dans un travail salarié. Et parfois, se faire accompagner par un coach ou une formation c’est une aide complémentaire qui est utile et qui permet de bien se mettre à flots. Donc personnellement, j’ai opté pour la formation de Lise, de La Minute Freelance, qui m’a accompagnée sur les différents aspects de mon activité pendant trois mois. Et je ne peux que recommander sa formation et son accompagnement de manière générale. C’était une formation super complète avec un coaching individuel très pédagogue et bienveillant.
  • Il y aura toujours des gens qui ne connaissent rien à ton domaine pour te dire quoi faire. Bizarrement, quand j’étais dans un travail plus “classique” en entreprise et qu’on me demandait ce que je faisais, personne n’essayait de m’expliquer comment faire mon travail ! Alors que maintenant, quand je dis que je travaille à mon compte, on essaye relativement régulièrement de me discréditer ou de m’expliquer comment je devrais faire ou ne pas faire mon travail. Ce que je trouve en général assez risible.

Ces 9 mois de freelancing ont été riches en expériences et en apprentissage pour moi. Mais je peux dire de manière confiante que je ne regrette pas du tout ma décision d’avoir quitté mon dernier job pour me remettre à mon compte.
Et toi, est-ce que tu aimerais te lancer en freelance ?

Laisser un commentaire