Bilan de 9 mois de freelancing my travel project

Bilan : 9 mois de freelancing

*Certains liens prĂ©sents dans cet article peuvent ĂȘtre des liens affiliĂ©s. Ces liens affiliĂ©s me permettent de gagner une commission et donc de continuer Ă  faire vivre ce blog. Pour toi, ça ne change rien !

 

En septembre 2020, j’ai quittĂ© mon travail pour me remettre Ă  temps plein Ă  mon compte. C’est bon, j’allais enfin ĂȘtre de nouveau chargĂ©e de communication freelance, comme je l’avais dĂ©jĂ  Ă©tĂ© par le passĂ©. Ce n’était donc pas la premiĂšre fois que je travaillais Ă  mon compte: mĂȘme si honnĂȘtement, j’avais l’impression de tout recommencer et de tout refaire pour la premiĂšre fois.
AprÚs plus de 9 mois à mon compte, il est temps de faire un premier bilan de cette expérience de freelancing. Si tu veux connaitre mon bilan à 6 mois avant de continuer à lire cet article, alors je te conseille de regarder la vidéo juste en dessous !

Sommaire

Ce qui m’a semblĂ© facile
Ce qui a été difficile
Ce que j’ai appris

Ce qui m’a semblĂ© facile

Me remettre dans le bain du freelancing

AprĂšs une bonne partie de l’annĂ©e 2020 passĂ©e en tĂ©lĂ©travail, travailler Ă  mon compte (et donc, ne plus avoir de bureau oĂč aller) ne m’a pas semblĂ© difficile. Pour ça, je dirais que la transition s’est faite suffisamment en douceur. À vrai dire, j’ai remarquĂ© que j’apprĂ©cie vraiment travailler seule: non pas que je n’aime pas ĂȘtre entourĂ©e d’autres personnes, mais je n’aime pas qu’une partie de mon travail dĂ©pende d’une ou plusieurs autres personnes. J’aime diriger mes projets seule, et avoir mon autonomie. De ce fait, retourner au freelancing et gĂ©rer l’entiĂšretĂ© de mon activitĂ© a Ă©tĂ© plutĂŽt fluide et facile.

Renouer avec mes contacts professionnels

Reprendre contact avec mes contacts professionnels existant, renouer des relations a Ă©tĂ© assez facile Ă©galement. Cela est aussi dĂ» au fait que j’ai gardĂ© de bons contacts professionnels de mes prĂ©cĂ©dentes expĂ©riences. Qui plus est, si tu aimes ce que tu fais, c’est en effet plus facile de reprendre contact. Et si ce n’est pas quelque chose qui te tente, je pense qu’il est toujours bĂ©nĂ©fique de poster un message sur ton profil LinkedIn. Cela te permettra d’expliquer que tu te lances Ă  ton compte, les services que tu offres, et d’inviter celles et ceux qui le souhaitent Ă  commenter pour proposer un futur appel !

Pas de doutes

Je n’ai pas doutĂ©. Vu que j’avais dĂ©jĂ  une expĂ©rience dans le freelancing, j’avais dĂ©jĂ  eu les doutes de la premiĂšre fois. AprĂšs avoir connu le freelancing une premiĂšre fois puis de nouveau le salariat, je connaissais les points positifs et nĂ©gatifs de chacun. Donc quand j’ai compris que ce que je voulais vraiment faire et pourquoi je voulais ĂȘtre Ă  mon compte, je n’ai plus doutĂ© et il n’y avait plus de retour en arriĂšre. Bien sĂ»r, j’ai eu des pĂ©riodes de doute concernant mes prix ou mes compĂ©tences. Mais je n’ai jamais remis en question ma dĂ©cision d’ĂȘtre freelance, ça pas du tout.

Ce qui a été difficile

DĂ©finir quelle direction je voulais donner Ă  mon travail

Le fait d’ĂȘtre freelance, ça demande une vĂ©ritable introspection qui n’est pas nĂ©cessairement facile ou agrĂ©able. En effet, on dĂ©finit soi-mĂȘme son mĂ©tier, ses services, et aussi ses tarifs. J’ai dĂ» parfois me faire un peu violence pour vraiment prendre un peu de recul par rapport Ă  mes clients prĂ©cĂ©dents, au type de structures/d’entreprises que je voulais accompagner, et surtout quelles missions je voulais faire avec eux. En effet, tu peux avoir des compĂ©tences dans plusieurs domaines. Pour autant, tu peux ne pas avoir l’envie de toutes les proposer dans ton offre de freelance. AprĂšs tout, tu ne peux pas ĂȘtre au four et au moulin.

Avoir une vue d’ensemble de mes obligations lĂ©gales et juridiques concernant mon statut d’auto-entrepreneur

Quand je me suis remis Ă  temps plein Ă  mon compte en septembre, j’ai voulu repartir sur de bonnes bases. Et cela voulait dire me renseigner sur toutes mes obligations lĂ©gales et juridiques. Évidemment, j’étais dĂ©jĂ  au courant de pas mal d’entre elles, comme la dĂ©claration des cotisations et le paiement de la CFE. NĂ©anmoins, j’ai tenu Ă  faire mes recherches pour m’assurer que je ne laissais rien de cĂŽtĂ©. Je voulais m’assurer de bien prendre en main mon activitĂ©, et de vraiment connaĂźtre l’aspect administratif et lĂ©gal de mon activitĂ©.
Et honnĂȘtement, j’ai trouvĂ© cela assez compliquĂ© de trouver une source sĂ»re et fiable qui liste les obligations lĂ©gales et juridiques d’une auto-entreprise. À ma surprise, mĂȘme le site de l’URSSAF ne liste pas tout ça. Donc pendant mes recherches, j’avais toujours l’apprĂ©hension de passer Ă  cĂŽtĂ© d’une dĂ©claration ou d’une obligation juridique. Et encore aujourd’hui, si une nouvelle mesure lĂ©gale venait Ă  Ă©merger, je ne sais mĂȘme pas comment je pourrais ĂȘtre au courant.

Les relations avec l’URSSAF

Lorsque j’ai recommencĂ© Ă  travailler Ă  mon compte en septembre 2020, j’étais encore au Canada. Ainsi, pendant 6 mois, mon moyen de communication privilĂ©giĂ© avec l’URSSAF Ă©tait la messagerie de mon compte auto-entrepreneur. Ainsi, j’ai bataillĂ© pendant 4 mois pour avoir une attestation que l’URSSAF ne voulait pas me fournir. J’ai envoyĂ© 6 ou 7 emails, qui restaient soit sans rĂ©ponse, soit oĂč on me demandait des informations supplĂ©mentaires que j’avais dĂ©jĂ  fourni. Finalement, j’ai eu gain de cause uniquement quand j’ai fait une demande de rĂ©clamation, donc un peu mon dernier recours. Donc 4 mois, pour une attestation qu’il est normalement possible de tĂ©lĂ©charger directement dans son compte professionnel


Etrangement, par tĂ©lĂ©phone, je n’ai jamais eu de problĂšme et je suis toujours tombĂ©e sur des personnes adorables et bienveillantes. Cependant, et pour encore beaucoup de procĂ©dures, il est impossible de les faire par tĂ©lĂ©phone. Il faut donc encore passer par son compte auto-entrepreneur. Donc malheureusement, je me suis retrouvĂ©e dans un cercle vicieux.
Je pense que c’est Ă  savoir : honnĂȘtement, je me suis sentie un peu seule par rapport Ă  l’URSSAF.

Ce que j’ai appris

  • Se faire accompagner, c’est ESSENTIEL ! On ne sait pas tout, et on est pas censĂ© tout savoir dĂšs qu’on se lance en freelance. Travailler Ă  son compte c’est aussi gĂ©rer plusieurs aspects qu’on ne gĂšre pas habituellement dans un travail salariĂ©. Et parfois, se faire accompagner par un coach ou une formation est une aide complĂ©mentaire utile et qui permet de bien se mettre Ă  flots. Donc personnellement, j’ai optĂ© pour la formation de Lise, de La Minute Freelance, qui m’a accompagnĂ©e sur les diffĂ©rents aspects de mon activitĂ© pendant trois mois. Et je ne peux que recommander sa formation et son accompagnement de maniĂšre gĂ©nĂ©rale. C’était une formation super complĂšte avec un coaching individuel trĂšs pĂ©dagogue et bienveillant.
  • Il y aura toujours des gens qui ne connaissent rien Ă  ton domaine pour te dire quoi faire. Bizarrement, quand j’étais dans un travail plus « classique » en entreprise et qu’on me demandait ce que je faisais, personne n’essayait de m’expliquer comment faire mon travail ! Maintenant, quand je dis que je travaille Ă  mon compte, on essaye relativement rĂ©guliĂšrement de me discrĂ©diter ou de m’expliquer comment je devrais faire ou ne pas faire mon travail. Ce que je trouve en gĂ©nĂ©ral assez risible.

Ces 9 mois de freelancing ont Ă©tĂ© riches en expĂ©riences et en apprentissage pour moi. Mais je ne regrette pas du tout ma dĂ©cision d’avoir quittĂ© mon dernier job pour me remettre Ă  mon compte.
Et toi, est-ce que tu aimerais te lancer en freelance ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.