partir Ă©tudier au canada mes conseils

Mes conseils pour partir Ă©tudier au Canada

*Certains liens prĂ©sents dans cet article peuvent ĂȘtre des liens affiliĂ©s. Ces liens affiliĂ©s me permettent de gagner une commission et donc de continuer Ă  faire vivre ce blog. Pour toi, ça ne change rien !

 

VoilĂ  maintenant un an et demi que j’ai dĂ©mĂ©nagĂ© au Canada, pour mes Ă©tudes. Étudier au Canada est devenu quelque chose de trĂšs rĂ©pandu chez les Ă©tudiants français. Mais je me souviens m’ĂȘtre posĂ© beaucoup de questions Ă  l’époque, et j’ai du souvent creuser pour trouver des rĂ©ponses.

Si tu veux partir Ă©tudier au Canada, en Ă©change universitaire ou en t’inscrivant dans un programme, je vais te dĂ©crire dans cet article les diffĂ©rentes Ă©tapes pour s’y prĂ©parer et pour comprendre le systĂšme universitaire canadien.

Sommaire

Le systĂšme universitaire canadien
Combien coûtent les études au Canada ?
Candidatures et admissions
Partir en Ă©change universitaire au Canada

partir Ă©tudier au canada mes conseils

Le systĂšme universitaire canadien

Le systĂšme universitaire canadien se rapproche beaucoup du systĂšme des États-Unis selon moi. AprĂšs le bac, les Ă©tudiants ont la possibilitĂ© d’aller en college, pour une durĂ©e de deux ou trois ans, ou directement Ă  l’universitĂ©, Au QuĂ©bec, le collĂšge est obligatoire pour les Ă©tudiants quĂ©bĂ©cois : on l’appelle le CĂ©gep.

Baccalauréat, maßtrise et doctorat

A l’universitĂ©, les Ă©tudiants s’inscrivent en licence, qui ici s’appelle le baccalaurĂ©at. AprĂšs le baccalaurĂ©at, on peut s’inscrire en maĂźtrise (master) puis en doctorat. Pas mal d’étudiants canadiens commencent directement Ă  travailler aprĂšs leur baccalaurĂ©at.
Contrairement à notre systÚme français, ici les programmes ne se déroulent pas en années, mais en crédits.
Ainsi, il faut prendre un certain nombre de cours pour valider un certain nombre de crĂ©dits (un cours = 3 crĂ©dits gĂ©nĂ©ralement). Donc plus on prend de cours par semestre, plus on va terminer rapidement son programme et ĂȘtre diplĂŽmĂ© ! GĂ©nĂ©ralement, les Ă©tudiants prennent 3 ans pour le baccalaurĂ©at, et 2 ans pour la maĂźtrise. Mais le fait est qu’on peut en principe, plus ou moins « choisir » la durĂ©e de son programme, si on veut ĂȘtre diplĂŽmĂ© plus ou moins vite.

Cette idĂ©e de choix du nombre de cours est vraie, mais ne s’applique pas aux Ă©tudiants Ă©trangers. En effet, un Ă©tudiant Ă©tranger au Canada sous permis d’études est obligĂ© de suivre sa scolaritĂ© Ă  temps plein. Cela correspond dans la plupart des Ă©tablissements Ă  3 cours par semestre.

L’organisation des cours

En ce qui concerne les cours, les Ă©tudiants en ont bien moins qu’en France : pour ĂȘtre considĂ©rĂ© Ă  temps plein, un Ă©tudiant doit prendre trois cours. Le nombre dĂ©pend en fonction de l’universitĂ©, mais cela tourne gĂ©nĂ©ralement autour de ça. Cela reprĂ©sente 9 h de cours par semaine.
Par contre, contrairement Ă  l’universitĂ© française, le travail continu est bien plus important ! Les professeurs demandent en gĂ©nĂ©ral de lire beaucoup de textes d’une semaine Ă  l’autre pour prĂ©parer le prochain cours, ce qui demande pas mal de travail Ă  la maison, et aussi de patience.

Combien coûtent les études au Canada ?

Parlons peu, parlons bien : en AmĂ©rique du Nord, les frais de scolaritĂ© sont plus Ă©levĂ©s que dans une universitĂ© publique française. Par ailleurs, les frais de scolaritĂ© varient en fonction du programme, mais aussi de la province dans laquelle tu souhaites Ă©tudier. En effet, cela ne te coĂ»tera pas la mĂȘme chose si tu souhaites Ă©tudier au QuĂ©bec ou en Alberta.

Le cas du Québec

my travel project université de montréal

Au QuĂ©bec, les frais de scolaritĂ© pour Ă©tudier varient Ă©galement en fonction du statut de l’étudiant. Pour faire simple, un quĂ©bĂ©cois et un canadien hors-QuĂ©bec ne paieront pas le mĂȘme prix. Il en est de mĂȘme pour un Ă©tudiant international.

La France et le QuĂ©bec ont Ă©galement conclu des accords, qui permettent aux Ă©tudiants français d’ĂȘtre exemptĂ©s des frais de scolaritĂ© applicables aux Ă©tudiants Ă©trangers. DĂšs lors, un Ă©tudiant français qui veut Ă©tudier au QuĂ©bec paiera les mĂȘmes frais de scolaritĂ© qu’un Ă©tudiant quĂ©bĂ©cois. Bien que le montant des frais de scolaritĂ© varient pour chaque programme, cette exemption permet de faire baisser drastiquement le prix, parfois de 8000 $ CAD.

Les accords France-QuĂ©bec s’appliquent uniquement aux Ă©tudiants français souhaitant s’inscrire dans des programmes de cycles supĂ©rieurs : master et doctorat. Ces accords ne s’appliquent plus aux Ă©tudiant français qui souhaitent entrer en licence au QuĂ©bec depuis Mars 2015.


Dans les autres provinces du Canada, il faudra payer les frais de scolaritĂ© applicables aux Ă©tudiants Ă©trangers : on peut au minimum doubler le prix. Le prix varie aussi en fonction du programme dans lequel on s’inscrit : un programme de mĂ©decine coĂ»te plus cher qu’un programme de science politique
, par exemple.

Candidatures et admissions

L’admission

Remplir une demande d’admission est le mĂȘme processus pour tout le monde. NĂ©anmoins, au Canada, les demandes d’admission doivent ĂȘtre transmises Ă  l’universitĂ© au dĂ©but de l’annĂ©e : les dates butoires sont souvent le 1er fĂ©vrier ou le 1er mars. Et mieux vaut s’y prendre tĂŽt pour pouvoir rassembler tous les papiers nĂ©cessaires Ă  l’envoi de sa demande.

Les universités demandent par exemple systématiquement les derniers relevés de notes, mais elles demandent aussi des copies certifiées conformes. 
En effet, la photocopie du relevĂ© de note envoyĂ©e dans le dossier d’admission doit ĂȘtre certifiĂ©e conforme Ă  l’original par un organisme agrĂ©Ă©. La plupart des mairies proposent cette procĂ©dure de certification, mais il faut prĂ©ciser que les copies certifiĂ©es conformes sont pour le Canada. En effet, certaines mairies ne proposent plus ce service sauf pour le Canada. Il faut y penser un peu en amont, en plus des lettres de recommandation et des autres documents demandĂ©s.

Chaque annĂ©e, certaines universitĂ©s canadiennes se rendent en France sur des salons dĂ©diĂ©s aux Ă©tudes Ă  l’étranger pour procĂ©der Ă  des admissions conditionnelles. Renseigne-toi sur les salons d’études proches de chez toi et auprĂšs de l’Ambassade du Canada en France !

ProcĂ©dures du CAQ et du permis d’études

C’est bon, tu es acceptĂ©(e) dans ton universitĂ© au Canada ! Maintenant, il est temps de s’occuper du fameux visa Ă©tudiant.

Tu pars Ă©tudier au QuĂ©bec ? Alors avant le permis d’études, tu auras besoin de faire le Certificat d’Acceptation du QuĂ©bec (CAQ). Il s’agit d’une procĂ©dure spĂ©cifique au QuĂ©bec qui atteste que tu as le droit de rentrer sur le territoire quĂ©bĂ©cois en statut d’étudiant, sous condition que la demande de permis d’études qui suivra soit approuvĂ©e.

Pour les autres provinces du Canada, le permis d’études est la seule procĂ©dure requise.
Tu peux cliquer ici pour présenter un demande de CAQ ou consulter la liste des documents nécessaires. 

Et tu peux cliquer ici pour prĂ©senter une demande de permis d’études.

Partir en Ă©change universitaire au Canada

Partir en Ă©change universitaire au Canada est un peu diffĂ©rent. En effet, en Ă©change universitaire, l’étudiant est toujours reliĂ© Ă  son Ă©cole en France (oui bon jusque lĂ  logique).
Mais ce qui est vraiment pratique, c’est que l’étudiant en Ă©change est exemptĂ© des frais de scolaritĂ© de l’universitĂ© d’accueil au Canada ! Du coup, Ă  mon avis, autant partir du cĂŽtĂ© anglophone du Canada: pour parler anglais, et surtout parce que les frais de scolaritĂ© sont gĂ©nĂ©ralement plus Ă©levĂ©s du cĂŽtĂ© anglophone. Avec les exonĂ©rations, autant en profiter. C’est comme ça que je suis partie en Ă©change universitaire Ă  Ottawa pendant un an.

Quelle saison choisir ?

Quand on s’inscrit dans un programme au Canada, on ne se pose pas la question de quelle saison partir, on vivra forcĂ©ment l’étĂ© et l’hiver. En Ă©change, c’est autre chose, si on ne part que pour un semestre : le choix se fait souvent entre le semestre d’automne et le semestre d’hiver (mĂȘme si le semestre d’étĂ© est proposĂ© dans les universitĂ©s canadiennes).
C’est en recevant un mail Ă  propos d’un futur Ă©change universitaire au Canada d’une lectrice que je me suis demandĂ©e quelle saison partir.

Comme je lui ai rĂ©pondu, chaque saison a ses avantages et ses inconvĂ©nients. En automne (donc de septembre Ă  dĂ©cembre), on peut encore profiter de l’étĂ© indien jusqu’à la mi-octobre environ. Ensuite, l’automne est vraiment magnifique et c’est le moment d’aller visiter les parcs nationaux du Canada ! AprĂšs, en dĂ©cembre, c’est le dĂ©but de la neige. Donc vous aurez normalement un petit aperçu de l’hiver canadien.

Partir en hiver

Pour le semestre d’hiver (donc de janvier Ă  avril-mai), lĂ  c’est l’hiver pur et dur ! L’avantage, c’est de pouvoir faire toutes les activitĂ©s d’hiver qu’on s’imagine au Canada : du ski, du skidoo, du chien de traĂźneau, des raquettes, visiter les cabanes Ă  sucre, manger de la tire Ă  l’érable.
C’est vraiment une belle saison, avec beaucoup d’activitĂ©s Ă  tester malgrĂ© le froid !

Combien de temps partir ?

Sinon, pour ce qui est de la durĂ©e de l’échange, j’avais d’abord demandĂ© Ă  partir un semestre. Finalement, au bout de trois semaines sur place, j’ai dĂ©cidĂ© d’étendre mon sĂ©jour Ă  un an, histoire de profiter Ă  fond. Bien sĂ»r, il faut pouvoir l’assumer financiĂšrement ! Mais si vous en avez la possibilitĂ©, faites le, personnellement je ne l’ai pas du tout regrettĂ©. La preuve, je suis mĂȘme repartie pour mon master.

VoilĂ  pour ce qui est de l’essentiel Ă  savoir si vous envisagez de partir Ă©tudier au Canada. N’hĂ©site pas Ă  me demander pour plus de dĂ©tails !


ï»ż

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

4 commentaires