lava tower kilimandjaro

Ascension du Kilimandjaro : choix de l’agence, préparation et budget

*Certains liens présents dans cet articles peuvent être des liens affiliés. Ces liens affiliés me permettent de gagner une commission et donc de continuer à faire vivre ce blog. Pour toi, ça ne change rien !

 

La préparation de mon ascension du Kilimandjaro n’a pas été de tout repos. En effet, il faut pouvoir penser à mille et une choses en amont, et commencer à faire ses recherches plusieurs mois en avance. Entre le choix de la voie, le choix de l’agence, la préparation de l’équipement ou même le déroulement de l’ascension, c’est un gros voyage dans tous les sens du terme !
Dans cet article, je te propose de découvrir tout ce que tu dois savoir pour bien préparer ton ascension du Kilimandjaro.

La préparation en amont

Le choix de la voie

Il existe 5 voies pour faire l’ascension du Kilimandjaro :

  • Marangu
  • Machamé
  • Lemosho
  • Shira
  • Rongai
  • Umbwe

Les deux voies les plus connues sont Marangu et Machamé. Ce sont les deux que mon père a faites quand il a fait lui-même l’ascension du Kilimandjaro. Personnellement, je souhaitais idéalement ne pas emprunter ces deux voies-là. En effet, ce sont les deux voies les plus privilégiées car elles sont relativement courtes.

Après plusieurs recherches, j’avais décidé de me tourner vers la voie Lemosho. En effet, celle-ci est plus longue (8 jours d’ascension au total), ce qui permet une meilleure acclimatation à l’altitude. Étant donné qu’il s’agissait de ma première ascension de ce type, je préférais mettre toutes les chances de mon côté et privilégier une voie plus longue.

kosovo camp tentes kilimandjaro

Le choix de l’agence

Le choix de l’agence a pris un peu de temps. En effet, j’ai comparé beaucoup d’agences, mais finalement j’en ai appelé assez peu. Moins d’agences proposent la voie Lemosho, et c’était vraiment celle que je voulais faire. Cela a finalement drastiquement réduit mon choix.
Au total, j’ai appelé peut-être 4 agences. J’ai aussi appelé certaines qui ne proposaient pas la voie Lemosho mais auprès desquelles je cherchais plus d’informations. Mon choix s’est ensuite rapidement restreint à deux agences avec qui j’ai eu un bon feeling. Et pour moi, qui n’ai jamais fait d’ascension de ce type, c’était très important de choisir une agence de voyages avec laquelle j’avais un bon feeling, qui répondait à mes questions, et qui était disponible.

Après de nombreuses recherches, j’ai décidé de passer par l’agence Atalante. Je me suis décidée sur cette agence parce qu’en termes de réservation, ils ont été super conciliants. En effet, je voulais réserver suffisamment à l’avance pour confirmer les tarifs, mais je voulais m’assurer de pouvoir annuler si mon test d’hypoxie n’était pas concluant. Ils ont été conciliants et m’ont permis de réserver sans verser d’acompte et de pouvoir annuler sans frais en fonction de mon test d’hypoxie. Une fois que j’ai eu le résultat de mon test, j’ai alors payé l’acompte et confirmé pour de bon la réservation.

Pourquoi décider de passer par une agence ?

D’ailleurs, pourquoi décider de partir avec une agence pour faire l’ascension du Kilimandjaro ? Même si ce n’est pas dans mon habitude de passer par le biais d’agences pour organiser mes voyages, j’ai décidé de le faire pour cette aventure. Ma première raison a été l’organisation logistique de l’ascension du Kilimandjaro : c’était vraiment une première pour moi, et pour le coup je préférais déléguer cette partie à une agence expérimentée plutôt que de mal faire par moi-même. Deuxièmement, il est obligatoire d’être encadré par au moins un guide pour faire l’ascension. Dans un contexte de pandémie, avec en plus le besoin de me préparer physiquement, j’ai préféré alléger ma charge mentale et passer par une agence.
Enfin, vu que j’avais prévu de faire un safari après l’ascension du Kilimandjaro, passer par une agence me garantissait une organisation fluide de ce point de vue-là.

La préparation médicale et physique

La préparation « médicale »

En termes de préparation « médicale », j’avais décidé de faire un test d’hypoxie, qui est un test à l’effort à un niveau d’oxygène équivalent à celui du Mont-Blanc (soit 4800 mètres environ). Ce test permet d’analyser la réponse cardiaque et ventilatoire, et donc de déterminer la réaction de notre corps en situation de haute altitude. J’avais donc pris une ordonnance auprès de mon médecin traitant, et j’ai pris rdv au CHU de Rennes.
Je suis tombée sur un médecin spécialiste de haute montagne, qui avait déjà fait l’ascension du Kilimandjaro, et qui a vraiment passé du temps à me parler du déroulement du test, de l’ascension et à me donner des conseils à ce sujet.

Finalement, le résultat du test a défini que j’étais apte à faire l’ascension du Kilimandjaro, et que je devrais normalement avoir peu de problèmes liés à l’altitude jusqu’à l’ascension finale. Cependant, du fait du score que j’ai eu au test, on m’a quand même prescrit du Diamox, à commencer à prendre la veille de l’arrivée au camp de base.

Pour ce qui est du prix du test, je ne l’ai pas payé. C’était en l’occurrence remboursé par la Sécurité Sociale et par ma mutuelle, donc je n’ai rien eu à payer. Par contre, certaines personnes de mon groupe ont payé leur test : je te suggère donc de te renseigner avant de prendre rendez-vous.

La préparation physique

Pour ce qui est de la préparation physique, j’ai arrêté de consommer de l’alcool dès le 31 Décembre 2021, soit 1 mois et demi avant. J’ai aussi fait attention à mieux manger, et à faire des randonnées de plusieurs heures sur le GR34 le weekend.

Je tiens tout de même à préciser que la préparation physique ne permet pas d’améliorer ses chances d’arriver au sommet : effectivement, il est possible d’améliorer son cardio, pour être en mesure de marcher plus longtemps et plus facilement chaque jour.
Néanmoins, cette préparation physique ne peut pas te permettre de mieux réagir à l’altitude. La réaction physique à la haute altitude est une condition que l’on a, qui fait que l’on s’adapte bien ou non. Certaines personnes auront besoin de prendre du Diamox, d’autres non. Mais peu importe la préparation physique mise en place avant l’ascension, cela ne te garantira pas d’arriver au sommet.

mon équipement pour l'ascension du kilimandjaro

La question des porteurs du Kilimandjaro

La question des porteurs du Kilimandjaro est souvent revenue à la suite de mon ascension. Et je dois avouer qu’avant de partir, je ne m’étais pas posée plus de questions. En effet, j’avais vu qu’ils étaient encadrés par la KPAP (Kilimandjaro Porters Assistance Project), et j’ai donc bêtement assumé qu’ils étaient bien encadrés.
Je dois avouer que je suis un peu déçue concernant certains points.

Conditions de travail

En ce qui concerne les conditions de travail, tous les porteurs étaient logés et nourris pendant le trek. Lors de la présentation des porteurs à mon groupe, il y avait bien deux cuisiniers. Un était pour le groupe, et l’autre pour les porteurs. Tous les porteurs reçoivent pendant l’ascension 3 repas par jour. À chaque camp, nous pouvions voir les différentes tentes pour les porteurs dans lesquelles ils dormaient.

Rémunération et pourboires

Voici ce qu’indique le site de la KPAP concernant la rémunération des porteurs :

  • Les porteurs sont payés au minimum 20 000 TZS (7,93 €) par jour, montant du salaire accepté par les syndicats de porteurs en 2014,
  • Les salaires doivent être payés dans les 2 jours suivant la descente,
  • Une procédure de pourboire transparente afin que les porteurs reçoivent le montant total du pourboire qui leur est destiné.

J’ai en effet reçu de la part de l’agence avec laquelle je suis partie un document concernant les recommandations pour les pourboires avant de partir en Tanzanie.
Sur ce document, il était recommandé de verser par participant :

  • 73 USD (67 €) pour le groupe des guides, assistants guide et cuisiner,
  • 148 USD (136 €) pour le groupe des porteurs.

Cela représentait donc une recommandation de 803 USD (741 €) pour notre groupe de 11 personnes à verser au groupe des guides, assistants guide et cuisinier. Pour le groupe des porteurs, cela représentait une recommandation de 1628 USD (1501 €) pour notre groupe de 11 personnes.
Finalement, notre groupe de 11 personnes a versé un total de 1160 USD (1070 €) pour le groupe des guides, assistants-guides et cuisiniers, et un total de 1950 USD (1798 €) pour le groupe des porteurs.

Les points à améliorer

Certains points sont selon moi clairement à améliorer. S’il est écrit sur le site web de la KPAP que les porteurs disposent d’un équipement approprié, je ne suis pas d’accord. J’ai vu des porteurs faire l’ascension avec des espadrilles aux pieds, certains avec des pantalons de pluie déchirés alors qu’on était sous une énorme averse, et je ne parle pas de l’état de certains sacs à dos.
De ce fait, j’ai posé la question directement aux guides, et les porteurs achètent eux-mêmes leur équipement : cela répondait donc à ma question.

J’ai été vraiment choquée de voir l’équipement dont disposaient les porteurs, alors que la KPAP est censée les encadrer à ce sujet.
Personnellement, j’ai donné une partie de mon équipement dont je n’allais pas me resservir à certains porteurs de mon groupe.

porteur kilimandjaro tanzanie

Quel budget pour réaliser l’ascension du Kilimandjaro ?

La formule de base payée à l’agence

Ce n’est pas un voyage qui est abordable. C’est un voyage qui est cher, qui nécessite d’acheter pas mal d’équipement, et qui demande une certaine organisation.

J’ai tout d’abord payé à l’agence de voyages 5219,94 €.

Ce prix comprend :

  • Le prix de base de la formule Kilimandjaro par la voie Lemosho + 4 jours de safari* : 3295 €
  • Taxes d’entrée pour le parc national du Kilimandjaro pour 8 jours : 1150 €
  • Taxes d’entrée pour les parcs pendant le safari : 495 €
  • Frais d’inscription : 18 €
  • L’Assurance multirisques + COVID : 251,94 €
  • Compensation carbone : 10 €

*Voici le détail de ce qui est inclus dans le prix de la formule Kilimanjaro voie Lemosho + safari :

  • Les vols internationaux (pour moi, c’était avec Qatar Airways)
  • Un guide francophone,
  • Un guide anglophone spécialiste du massif et des assistants guides anglophones (tous certifiés par la KINAPA – Kilimandjaro National Park Association et formés par le label américain WFR de secours en montagne)
  • Un guide-chauffeur francophone spécialiste de safari
  • La logistique des porteurs, un cuisinier et un serveur
  • Les transports terrestres
  • Toutes les excursions détaillées dans le programme
  • Les hébergements comme indiqués dans le fil des jours
  • La pension complète sauf les repas mentionnés comme « libres » dans le fil des jours (3 ou 4 en tout)
  • Les équipements de sécurité nécessaires pendant le trek : trousse de secours, oxymètre, bouteilles d’oxygène et radios – téléphones
  • L’accès à un service médical spécialisé sur l’altitude 24h/24 et 7j/7 (en cas d’urgence uniquement).

Ce que j’ai payé en plus

J’ai également payé en plus de cette formule, un total de 1531,20 €.

  • le visa tanzanien : 50 USD (45 €)
  • le test antigénique à l’arrivée et au départ : 20 USD (18 €)
  • les repas libres : 3 ou 4 repas libres 60 USD (55 €)
  • la location de mon sac de couchage : 50 USD (45 €)
  • le stockage de mes affaires pendant l’ascension : 25 USD (22 €)
  • tout mon équipement pour l’ascension : 1000 €
  • mon train Saint-Malo Roissy aller-retour : 120,20 €
  • les pourboires pour les porteurs, les guides pour l’ascension + pour le guide du safari : 150 USD (135 €) pour les porteurs, 75 USD (68 €) pour les guides, 25 USD (23 €) pour le guide du safari.

Au total pour ce voyage, j’ai donc déboursé un total de 6751,14 €.

uhuru peak kilimandjaro tanzanie

Mes conseils pour l’ascension du Kilimandjaro

  • Choisis bien l’agence avec laquelle tu décides de faire l’ascension. Je te conseille de vérifier que les porteurs et les guides sont bien entourés par la KPAP. Tu peux aussi regarder les avis en ligne, de regarder quel équipement de premiers secours est emporté sur l’ascension, etc.
  • Ne néglige pas ton équipement, y compris pour dormir. C’est une erreur que j’ai faite, et à refaire, je serai partie avec un matelas de camping.
  • L’ascension du Kilimandjaro (et peu importe la voie) n’est pas faite pour tout le monde. Ce n’est pas parce que c’est le sommet le plus accessible des 7 sommets qu’il est facile. Encore une fois, tu ne peux pas savoir en avance comment va réagir ton corps face à l’altitude. Ne pousse pas tes limites, c’est hyper dangereux
  • Essaye d’avoir des bonnes relations avec les porteurs et avec les guides. Déjà juste parce que c’est littéralement grâce à eux si l’on arrive au sommet, mais aussi parce que tu vas littéralement vivre avec eux pendant une semaine. Autant faire en sorte que ça se passe bien !
  • Les indispensables à avoir selon moi sont : le camelback, les affaires de pluie, et les lunettes de soleil.
my travel project kilimandjaro shira camp

L’ascension du Kilimandjaro est clairement une aventure à laquelle il faut bien se préparer, et avec un budget à évaluer en amont. Si tu as d’autres questions sur le sujet, n’hésite pas à me les poser en commentaires de cet article !

Laisser un commentaire

2 commentaires