Le jour où j’ai découvert la nourriture khmère

Ce jour là, j’ai revu en boucle TOUT ce que j’avais toujours pensé sur la nourriture asiatique. J’ai vraiment découvert plein de nouvelles saveurs et une grande diversité de plats à laquelle je ne m’attendais pas forcément ! 

Mais avec la nourriture khmère, j’ai vraiment compris à quel point j’avais raté tellement de choses niveau culinaire en me limitant à la nourriture chinoise et aux sushis. Je connaissais déjà la nourriture vietnamienne, mais qui se limitait quand même à la soupe pho, aux rouleaux de printemps et au riz sauté avec du poulet et des légumes… Simple, mais efficace.

En arrivant au Cambodge, honnêtement, je m’attendais vraiment à la même chose, avec peut être plus d’épices. Et je m’étais bien trompée ! 

La nourriture au Cambodge: commençons par les bases

Au Cambodge, comme dans la plupart des pays asiatiques, la base de la nourriture est le riz. Personnellement, ca me va très bien: j’adore le riz collant. Même si le plat commandé ne contient pas de riz, il n’est pas rare qu’on vous en apporte comme accompagnement !
Dans un stand de cuisine de rue, un bol de riz vous coûtera environ 1000 riels (0,25 €). Ça tient au corps, et on s’habitue vite à en manger à tous les repas !

Le soja et le tofu sont aussi assez présents: le soja est surtout présent dans les soupes et les salades, un peu en guise d’herbes, d’assaisonnement. Enfin, certaines herbes reviennent assez fréquemment dans certains plats. Je pense notamment à la coriandre, qui n’est pas du gout de tout le monde mais dont je raffole personnellement. 

Les plats cambodgiens: mes découvertes

Le loclac

Ce plat a été une de mes révélations en arrivant au Cambodge, moi qui ne suis pourtant pas la plus grosse fan de viande: composé de riz, de viande à la sauce loclac et de tomates, ce plat est extrêmement simple, mais surtout super bon. On le trouve rarement à plus de 3 $, et ce plat est si répandu qu’on le trouve au menu d’à peu près tous les restaurants. C’est pour moi une valeur sure

Le poulet au curry

Et bien si, le poulet curry vient bien du Cambodge ! Tout du moins pour la version avec du curry vert. Au Cambodge, le poulet curry est bien différent de ce qu’on s’imagine en France: on ne s’arrête pas seulement à une cuisse de poulet avec une petite sauce au curry, ici il s’agit d’un vrai plat en sauce, dans un BOL avec des légumes ! On retrouve souvent des tomates, du tofu et des herbes (type basilic-mais-c’est-pas-du-basilic), du céleri aussi parfois.

Les nouilles sautées

Les nouilles sautées se retrouvent dans toute l’Asie, et également au Cambodge, dans les marchés et dans les stands de street food. Les nouilles sautées sont souvent au bœuf, au poulet ou aux crevettes. Ce qui change, ce sont les épices qui sont mises dedans: au Cambodge, ça peut aussi bien être le poivre de Kampot que les épices lok lak, le safran, le gingembre et la coriandre.

C’est vraiment un pat que j’ai apprécié manger car on peut facilement le diversifier ! C’est aussi quelque chose qui tient au corps et qui est plein de saveurs. 


Ces autres plats excellents, mais qui ne sont pas forcément cambodgiens

Au Cambodge et comme dans tous les pays d’Asie du Sud-Est, on retrouve aussi des plats typiques, comme les rouleaux de printemps ou les soupes ! On trouve aussi, comme partout, des nems avec les sauces nuoc mam, soja et autres.

Le sucré-salé est assez répandu en Asie: donc jetez vous sur les cuisses de canard; qui sont délicieuses ! Ensuite, bien sûr, le meilleur moyen de manger local, c’est encore d’aller dans les cuisines de rue et de voir ce qui est proposé. En allant au marché de nuit de Phnom Penh, près du quai Sisowath, vous aurez aussi la chance de goûter aux tarentules grillées, scorpions et autres serpents si appétissants ! 😉

La nourriture cambodgienne a été une belle découverte pour moi et je conseille à tout le monde de la découvrir. Pour aller plus loin, n’hésite pas à t’inscrire à un cours de cuisine khmère ! J’avais adoré cette expérience. 

Laisser un commentaire