drapeau québec pvt canada

Mon expérience de PVT au Canada : bilan aprÚs un an

*Certains liens prĂ©sents dans cet article peuvent ĂȘtre des liens affiliĂ©s. Ces liens affiliĂ©s me permettent de gagner une commission et donc de continuer Ă  faire vivre ce blog. Pour toi, ça ne change rien !

 

J’ai commencĂ© mon aventure de PVT le 7 FĂ©vrier 2019. Cela fait donc 16 mois que je suis revenue m’installer Ă  MontrĂ©al, et il Ă©tait temps de faire un bilan de cette premiĂšre annĂ©e de PVT Canada.

Le 7 FĂ©vrier 2019, j’ai posĂ© de nouveau les pieds sur le territoire canadien, soit presque 3 ans aprĂšs en ĂȘtre partie, fin juin 2019. Un retour que j’avais BEAUCOUP attendu, parce que j’avais cherchĂ© par tous les moyens comment revenir m’installer au Canada.
Et en septembre 2017, la solution Ă©tait arrivĂ©e : je venais d’ĂȘtre tirĂ©e au sort pour le PVT, un peu contre toute attente vu qu’il restait 76 places pour 35 000 demandeurs.

Sommaire

Le contexte
Travail
Voyages
Vie à Montréal
Vie sociale

Le contexte

Si tu ne me connais pas, j’avais dĂ©jĂ  habitĂ© deux ans au Canada : un an Ă  Ottawa, et un an Ă  MontrĂ©al, Ă  chaque fois pour mes Ă©tudes. J’étais donc loin d’ĂȘtre Ă©trangĂšre Ă  la culture canadienne et Ă  la ville de MontrĂ©al.
Du fait que j’avais dĂ©jĂ  habitĂ© dans ce pays, mes objectifs de PVT Ă©taient un peu diffĂ©rents. J’étais donc vraiment dans l’optique de m’installer et bien sĂ»r de voyager, mais ce n’était pas l’objectif principal de mon PVT disons. Je voulais donc me trouver un travail rapidement (et donc, redevenir temporairement salariĂ©e aprĂšs avoir Ă©tĂ© freelance Ă  plein temps pendant un an et demi), dĂ©couvrir toujours plus le Canada et les États-Unis, et bien sĂ»r rencontrer toujours plus de nouvelles personnes.

Au bout d’un an, bien sĂ»r, il s’en est passĂ© des choses.

hiver au parc lafontaine montréal

Niveau travail

Je ne vais pas mentir : dĂ©crocher un travail a Ă©tĂ© un peu compliquĂ© au dĂ©but, plus compliquĂ© que ce que j’avais imaginĂ©. J’ai vraiment cravachĂ© Ă  envoyer d’innombrables candidatures, sur une pĂ©riode d’un mois et demi environ. Sur environ 60 candidatures, j’ai reçu un total de 3 rĂ©ponses, parmi lesquelles une seule positive
 Ce qui honnĂȘtement, est un peu dĂ©courageant. C’est lĂ  que je me suis rendue compte que le mythe du Canada comme Ă©tant l’eldorado de l’emploi pour tout europĂ©en qui souhaite s’y rendre Ă©tait Ă  nuancer considĂ©rablement.
Si tu souhaites en savoir plus sur la recherche d’emploi en PVT, j’en ai fait une vidĂ©o sur Youtube oĂč je te parle de mon expĂ©rience et de mes conseils.

Par la suite, une fois mon premier boulot dĂ©crochĂ©, cela a Ă©tĂ© TELLEMENT plus facile. Au bout de trois mois, j’ai changĂ© de poste et d’entreprise aprĂšs avoir eu une opportunitĂ© bien plus intĂ©ressante. Et moins d’un an aprĂšs avoir commencĂ© ce deuxiĂšme travail, on m’a proposĂ© un nouveau poste dans la mĂȘme entreprise. Comme quoi, le fait de commencer une expĂ©rience sur place aide considĂ©rablement.

En ce qui concerne mon travail, c’est un travail bien conventionnel de bureau, mais les diffĂ©rences culturelles avec la France sont vraiment prĂ©sentes; horaires fixes de 8h30 Ă  16h30, ambiance beaucoup plus cool et moins cadrĂ©e, mais Ă©galement des congĂ©s payĂ©s bien moins importants: trois semaines par an en tout.

Niveau voyages

Cette premiĂšre annĂ©e de PVT a Ă©tĂ© marquĂ©e par pas mal de voyages ! Je suis partie Ă  Mont-Tremblant, Ottawa, Boston, j’ai dĂ©couvert le Parc OmĂ©ga, j’ai eu l’occasion de partir plusieurs fois en chalets, je suis ensuite partie visiter Toronto et les chutes du Niagara, et Ă©galement la ville de Burlington. Et aussi, l’étĂ© dernier, je suis partie visiter l’ouest canadien pendant une dizaine de jours.
On aurait pu penser que les 3 semaines de vacances Ă  l’annĂ©e octroyĂ©es par mon travail m’auraient bloquĂ© pour voyager, mais j’ai essayĂ© de profiter le plus possible des weekends et jours fĂ©riĂ©s pour partir et dĂ©couvrir un peu mieux le Canada et les États-Unis, et donc ne pas utiliser directement mes prĂ©cieux jours de vacances
 que j’ai donc en partie utilisĂ© pour rentrer en France pour les vacances de NoĂ«l.

fernie colombie britannique

GrĂące Ă  ces nombreux weekends plutĂŽt proches de MontrĂ©al, je me suis vraiment rendue compte qu’il y avait beaucoup d’endroits Ă  dĂ©couvrir au QuĂ©bec ! Partir sur deux jours et visiter de nouveaux endroits Ă  chaque fois est vraiment faisable. Et je peux te le dire, j’ai dĂ©jĂ  commencĂ© Ă  visiter de nouveaux coins du QuĂ©bec en 2020.

Niveau vie à Montréal

Comme beaucoup de PVTistes, j’ai choisi la ville de MontrĂ©al au QuĂ©bec, comme point de chute de mon PVT. En effet, c’est une ville que je connaissais dĂ©jĂ , vu que j’y avais fait mon Master 4 ans avant. J’y avais encore des amis, bref le choix de MontrĂ©al s’est prĂ©sentĂ© un peu comme une Ă©vidence. Je n’ai donc pas hĂ©sitĂ© une seconde.

Également, MontrĂ©al est une ville super vivante et animĂ©e, avec des festivals et Ă©vĂ©nements organisĂ©s tout au long de l’annĂ©e. C’est aussi une ville assez internationalisĂ©e oĂč il est facile de rencontrer du monde. En plus, elle permet un accĂšs facile Ă  d’autres villes du Canada ou des États-Unis, car son aĂ©roport est un assez gros hub de la cĂŽte est.
Cependant, si tu viens pour la premiĂšre fois au Canada, je te recommande vraiment de ne pas t’arrĂȘter uniquement Ă  cette ville. Profite Ă©galement de ton PVT pour visiter d’autres villes et vraiment dĂ©couvrir celle qui te correspondra le mieux !

vue montréal pvt canada

Niveau vie sociale

Cette partie de mon bilan Ă  mi-parcours de mon PVT est un peu plus mitigĂ©e
 J’ai rencontrĂ© Ă©normĂ©ment de personnes cette annĂ©e. De tous horizons et de toutes nationalitĂ©s, et c’était exactement ce que je recherchais pour cette premiĂšre annĂ©e de PVT.
Mais
 j’avais vraiment sous-estimĂ© et oubliĂ© Ă  quel point MontrĂ©al est une vĂ©ritable plaque tournante. Les gens viennent ici pour des pĂ©riodes plus ou moins courtes, et ceux qui restent ne sont qu’une minoritĂ©.

Évidemment, avec comme objectif de faire ma rĂ©sidence permanente, je fais partie de celles qui restent. Et avec autant d’étudiants, de stagiaires, de PVTistes, VIE et Jeunes Pro, j’ai eu l’impression de passer cette annĂ©e Ă  dire au revoir. Et pourtant, je ne devrais pas me plaindre, car j’ai dĂ©cidĂ© de revenir, et j’assume complĂštement mon choix. Mais c’est une rĂ©alitĂ©: s’installer Ă  MontrĂ©al, c’est dire au revoir tout le temps. Et honnĂȘtement, c’est parfois usant d’ĂȘtre toujours celle qui reste.

mont tremblant quebec cerf

Voilà donc pour mon bilan de cette premiÚre année de PVT ! Depuis, les mois se sont écoulés, et mes réflexions sur mon PVT évoluent au fur et à mesure de mon expérience ici !

Tu as dĂ©jĂ  envisagĂ© un PVT toi ? OĂč est-ce que tu voudrais aller ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.